la Cie des Petits Princes

07 octobre 2018

Trench luzerne

Aujourd'hui, je publie une cousette qui avait été montrée sur IG mais pas ici. J'ai pensé que cette veste était de saison, et donc intéressante à publier aujourd'hui.

Je ne remets pas la main sur les photos qui avaient été prises par mon mari en extérieur par un temps lumineux et sur lesquelles on voyait beaucoup mieux les détails... J'ai donc pris quelques clichés (moches) avec le retardateur, qui ont le mérite de donner une vision d'ensemble, faute de mieux !

 

IMG_3334

La gabardine provient de chez Cousette. Il faut un métrage assez généreux (environ 3 mètres de mémoire), ainsi que pas loin de 10 mètres de biais, ce qui chiffre assez quand, comme moi, on craque pour un biais Liberty (dommage on ne le voit même pas sur les photos.

IMG_3327

IMG_3333

IMG_3340

IMG_3341

La plus grosse difficulté de ce modèle concerne les boutonnières passepoilées.

A final, ce que j'ai trouvé compliqué, ce ne sont pas les boutonnières en elles-mêmes mais la couture à la main sur l'envers pour les fixer au parmentures. Je suis vraiment très nulle pour coudre à la main... 

Le carnage n'a toutefois pas eu lieu à ce moment-là, non non... Sur le patron, il est indiqué de thermocoller tout le col et les devants où sont fixés les boutons et où sont réalisées les boutonnières. J'ai hésité car peur de l'effet carton. Mais à lire chez toutes celles qui l'avaient réalisé, elles avaient suivi la consigne, ce que j'ai donc fait. Toute heureuse, je termine mon trench et le mets au lave-linge pour éliminer les traces de craie. Et là, horreur : le thermocollant avait tout cloqué de partout (quand je dis partout, c'était vraiment partout : col, demi-devants, haut du dos!) ! Horrible et irrécupérable. J'avais donc 2 options : jeter mon trench (!!! Sérieusement? !!!), ou virer le thermocollant... Bien énervée j'ai choisi la seconde solution (la première n'était pas entendable on est d'accord ?), j'ai décousu la partie col et j'ai glissé les doigts à l'intérieur de la veste pour tirer sur le thermocollant qui venait tout seul... il en reste sûrement près des boutonnières car il est cousu, mais on va dire que j'ai enlevé le gros. Au final, mon col a un peu moins de tenue, mais au moins, je peux porter mon trench. 

Aujourd'hui, je ne comprends toujours pas comment cela a pu avoir lieu : j'ai bien laissé mon fer (sans vapeur) posé sur chaque partie à thermocoller sans faire glisser etc... Mauvaise qualité ? 

J'ai pour objectif de me coudre un manteau depuis plusieurs années maintenant, mais quand je fais un rapide calcul sur le montant des fournitures, ça me décourage car le budget est énorme, pour un résultat qui ne sera peut-être pas à la hauteur de mes attentes, donc je pense que cette année encore, je vais oublier !!

Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de semaine, et de très belles vacances pour les heureuses (comme moi) qui auront quelques jours prochainement !

 

 

Posté par ManueF à 15:30 - Deer and Doe - Commentaires [0]
Tags :

30 septembre 2018

Passion chevrons

Aujourd'hui, un nouvel article tricot ! Celui que je vous présente aujourd'hui a été mon ouvrage des vacances : en Ardèche puis à la maison puisque je l'ai terminé avant ma reprise du boulot.

Il s'agit du Maan Shawl de Natasja Hornby : une grosse pièce que je n'ai pas l'habitude de tricoter car je porte très peu de châles ! Je fonctionne au coup de coeur et dois en tricoter un tous les 3 ans en moyenne, car au quotidien, je préfère un foulard fin du prêt-à-porter. Contradiction, quand tu nous tiens ! 

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, je me vois plus porter ce châle aux mi-saisons avec un petit blouson, qu'en hiver lorsque je cumulerai pull + gros manteau.

Pour  le réaliser, j'ai utilisé du fil Drops baby merino couleurs naturel / beige et noir. Compte tenu du métrage assez important de ce modèle (1600 mètres tout de même !), la drops me garantissait douceur et prix raisonnable. Ce fil, que je n'apprécie pas pour un pull ou un gilet tant il se distend et donne un aspect serpillère dégoulinante, est parfait pour un châle de ce genre, à mon sens. une fois lavé et bloqué, il mesure 2 mètres d'envergure, c'est donc une "belle bête" !

IMG_3298-2

IMG_3299-2

IMG_3300-2

IMG_3301

IMG_3303

Que pensez-vous de ces chevrons ? Pour ma part, ils m'ont fait craquer lorsque j'ai découvert ce modèle, qui, je pense, n'est pas très connu (ni sa créatrice, qui fait de bien jolies choses d'ailleurs !)

Pour la suite des articles, je suis partagée... montrer des cousettes ou tricots réalisés ces derniers mois lorsque mon blog n'était plus actif, ou attendre de nouvelles réalisations ? A réfléchir selon ma productivité me direz-vous ... qui risque de ne pas être au top... puisqu'en plus du sport, de la couture et du tricot, j'ai franchi un autre cap : celui de reprendre des cours de piano à compter de cette rentrée (des années que j'y pensais) ! Mon temps libre (pas extensible malheureusement) doit donc se partager entre toutes mes activités, dur dur de choisir !

Posté par ManueF à 10:00 - tricot pour grande - Commentaires [4]
Tags :

25 septembre 2018

C'est l'automne

Qui dit automne, dit tricot, non ? Je vais donc aujourd'hui vous présenter un pull que vous avez certainement vu partout l'hiver dernier (période à laquelle je l'ai commencé, puis mis de coté lorsque les beaux jours sont arrivés !) : le modèle Secret d'Emilie Luis.

IMG_3309-2

Sans difficulté majeure, ce pull se tricote en top-down, entièrement en jersey. Il est donc parfaitement adapté aux débutantes.

Son encolure est soulignée par un i-cord, et peut être agrémentée d'un peu de dentelle pour celles qui le souhaitent. J'ai pour ma part hésité et choisi de ne rien mettre, préférant garder l'option de mettre un top avec un peu de dentelle dessous pour pouvoir le porter aussi sans.

J'ai tricoté une taille S, et c'est parfait pour moi. 

Pour le réaliser, j'ai utilisé un mélange de merino (coloris nude) et mohair ArcoIris Yarn (naturel). Le mélange est une tuerie de douceur, un vrai pull cocon ! Je vous le conseille.

IMG_3310-2

IMG_3306-2

IMG_3308-2

La baisse des températures me donne à nouveau envie de retrouver mes aiguilles à tricoter, souvent délaissées l'été, faute de motivation. Mais j'ai malgré tout encore un projet tricot terminé à vous montrer, donc à très vite par ici !

Posté par ManueF à 18:40 - tricot pour grande - Commentaires [5]

09 septembre 2018

Robe portofino ... tant que l'été est là !

Pour celles qui ne me suivaient pas sur Instagram, j'ai énormément de cousettes non montrées, ici, et je pense que beaucoup ne le seront jamais. Je vais toutefois essayer d'en photographier certaines de manière à pouvoir vous les montrer et je vais commencer aujourd'hui par un patron peu connu, à ma connaissance du moins.

Un soleil radieux étant encore de la partie, il n'est pas trop tard pour vous montrer une cousette très estivale, que j'ai réalisée à la fin de mes vacances. A la base, il s'agit d'un coup de coeur à la lecture d'un compte instagram, celui de @PetitePerle (je crois que c'est ça !)... Sa robe m'avait tapé dans l'oeil, et je n'ai pas réussi à me la sortir de la tête.

Il s'agit du modèle Portofino, de la créatrice Some Place Called Home. Visiblement, elle s'est lancée voilà peu dans la couture et la réalisation de patrons. En toute honnêteté, son patron manque un peu de clarté, même si, après le lancement, elle a réalisé un pas-à-pas en photos sur son site (mais personnellement, j'ai tout de même réussi à ne pas comprendre, car selon moi, utiliser le tissu principal et la doublure de la même couleur et matière, cela n'aide pas à visualiser les pièces).

Ce fut donc un peu la robe de la loose, et ce, sur plusieurs plans :

- Le patron indique une quantité de 1,50m de tissu pour la version robe courte, celle que je voulais, donc. Impeccable, j'ai acheté il y a quelques mois un coupon de viscose Atelier Brunette (vu le prix, c'est une chose que je ne fais pour ainsi dire jamais...) pile de cette dimension. Donc,  je commande mon patron, et là, tout se complique : impossible de caser toutes mes pièces en 36 dedans ! Mais quand je dis impossible, ce ne sont pas juste quelques cm qui manquent, mais quasi toute la jupe ! J'alerte la créatrice, visiblement, elle se serait trompée dans le métrage, j'aurais d'ailleurs dû le deviner car la différence de métrage entre la version top et robe courte est infime, ce qui est impossible en soi... J'abandonne donc mon projet quelques semaines, car je n'ai aucun tissu en stock qui puisse aller, d'autant qu'il en faut donc à peu près 2 mètres.

- Je trouve finalement le coupon parfait au Quartier des Tissus (chouette boutique que je recommande), un lin/viscose bien opaque, crème avec des petits pois verts, un tomber fluide tout en n'étant pas trop fin. Go ! Je prends un reste de viscose blanche très fine de mon stock pour la doublure du corsage, en serrant les fesses pour que la jupe ne soit pas transparente, car je n'en ai plus !  Là, je commence à coudre... et je bloque au niveau des volants. Mais comment donc les fixer aux bretelles ???? Ceux-ci sont composés de 2 parties fixées à la bretelle, tout en restant "libres" sur leur extremité ... Je crois que j'ai tout essayé : épingler, bâtir, retourner X fois (car il faut fixer ensemble doublure et tissu principal, bretelles et volants, rien ne fonctionne ! J'en viens à essayer de fixer les volants dans la couture en les prenant entièrement avec, mais cela revient à les réduire et les recouper et ça me semble impossible de le faire proprement ! Une charmante instagrameuse que j'ai contactée a d'ailleurs opté pour ce choix, ne parvenant pas non plus à comprendre... J'ai une nouvelle fois appelé la créatrice la créatrice au secours (heureusement, très réactive et agréable !). Elle me montre une courte vidéo d'un pas-à-pas, je comprends donc le principe mais même comme ça, je trouve le montage un peu bancal ... Bref, j'ai fait de mon mieux !

- Les bretelles !!! J'ai passé mon temps  à les réduire, et les réduire encore. Cette robe est pas mal décolletée, il faut le savoir, mais alors avec la longueur initiale des bretelles, je pense que c'est au-delà de l'attentat à la pudeur ... On va dire qu'elle TRES est canicule-compatible ! 

Une fois tous ces déboires derrière moi, il m'a fallu me l'approprier finie. Je l'enfile donc, et me dis que sans ceinture, ce n'est pas possible,  je ne la porterai pas... On voit de manière légère que le haut est doublé et forme un surplus de tissu au niveau de l'élastique de taille, enfin moi je ne vois que ça... Je coupe dans dans mes restes de tissu pour réaliser une ceinture (peut-être un poil courte) et là, miracle, le coup de foudre se produit. Comme quoi il suffit de peu ! 

20180908_144558

20180908_144737

20180908_144633

20180908_144536

 

20180908_144612

20180908_144529

20180908_144603

20180908_144728

 

Les bretelles de mon soutien-gorge étant un peu larges, on voit mal la fine bretelle de la robe et la manière dont les volants y sont fixés. J'ai fait le choix de fixer ensemble les 2 extrémités des volants ensemble, je n'aimais pas que l'un deux se positionne sans cesse sur l'envers.

Les 2 demi-devants sont fermés par des boutons à recouvrir, sans boutonnière inutile (ils sont simplement cousus sur les 2 épaisseurs ensemble). J'ai néanmoins fixé le premier bouton un peu trop bas, j'ai donc fermé le haut du corsage par quelques points à la main.

Si cette robe tente l'une d'entre vous, je vous conseille, si vous vous trouvez entre 2 tailles, d'opter pour la plus petite. C'est le conseil qu'on m'a donné, et j'ai bien fait de le suivre. Entre le 36 et le 38, j'ai opté pour le 36 et le corsage est bien assez large. Sachant qu'on enfile cette petite robe facilement grâce à l'élastique, il vaut mieux, à mon sens, qu'elle soit un peu plus ajustée pour éviter l'effet plongeant du décolleté encore plus prononcé.

J'ai fait le tour pour cette robe, et je pense que les prochaines cousettes montrées ici seront un peu moins décolletées et estivales. D'ici là, je vous souhaite un excellent week-end ensoleillé !

01 septembre 2018

Y a-t-il encore du monde par ici ?

J'avais pensé ne jamais revenir par ici. En 2016, je crois (j'étais un dinosaure !) , j'ai récupéré le téléphone portable de mon homme, compatible avec une connexion internet, et je me suis créé un compte sur Instagram. Avec mon forfait gratuit Free, je me connectais le soir ou à la maison, en Wifi. Puis, il y a quelques mois, mon homme a fait une manip sur mon téléphone, car je n'arrivais pas à avoir accès aux fameux 50 Mo compris dans le forfait gratuit, pratique pour chercher une info urgente hors de la maison... sauf qu'à partir le là, les Mo sont partis très vite et impossible de faire marche arrière, car sans activation des données, plus de mms, or j'adore pouvoir envoyer des photos à mes proches... J'ai donc craqué pour un forfait tél + internet compris ... et là, ce fut le début de la fin ... Car on a beau dire "moi je ne serai pas comme ça, je ne serai pas sans cesse pendue à mon téléphone" (en tout cas moi je le pensais et le disais), c'est ce que j'ai fini par faire. 

Instagram, et tous ses clichés magnifiques, m'avait rendue addict... 

J'ai commencé par m'abonner aux comptes des blogueuses que je connaissais, puis les suggestions d'instagram m'ont fait m'abonner à d'autres, et une chose en amenant une autre, j'ai commencé à suivre des passionnées de cuisine, de sport (crossfit puisque c'est le sport que je fais, donc comprenez par là que les comptes en question = des bombasses avec des corps d'athlète, chose que je n'obtiendrai jamais avec 2 séances par semaine !), des mamans parfaites avec leurs discours "bienveillants" et hyper belles et ainsi de suite. Et à force de regarder et lire ces comptes parfaits, j'ai commencé à me sentir bien insignifiante, moi le petit compte aux photos moches à 70 abonnés en profil privé... A sentir que je n'intéressais personne, ce qui, en soi n'est pas bien grave me direz-vous, mais quand l'envie de partager était la raison première de créer un blog ou de m'inscrire à ce genre de réseau social, avais-je vraiment trouvé ce que j'étais venue chercher ?

Quand, à trainer encore une fois sur mon satané téléphone, à regarder des comptes de mamans parfaites, j'ai commencé à me dire que moi, j'avais été une maman bien nulle par rapport à elles quand mes enfants étaient bébés, j'ai aussi pris conscience qu'il y avait un sérieux problème chez moi à me dévaloriser ainsi à la simple consultation d'images (et ce n'est que ça) biaisées, publiées par certaines. Mon quotidien n'est pas parfait, je ne suis pas une maman parfaite, ni une épouse parfaite, et je passe beaucoup trop de temps au boulot pour réussir à combler tous les loisirs qui me tentent, mais je pense que c'est le lot de beaucoup d'entre nous aujourd'hui...

Où est-ce que je veux en venir me direz-vous ?

Eh bien, à la veille de la rentrée scolaire où mon grand va commencer son année de 5è, sans téléphone portable (il n'en réclame pas et n'en aura pas), est-ce que c'est l'exemple que je veux donner à mes enfants ? Ecouter d'une oreille distraite ce qu'on me dit, ne pas avoir envie de faire un jeu de société car je préfère traîner sur internet, plutôt que profiter de mes enfants ou des quelques minutes de répit que je m'accorde pour faire quelque chose qui me tient réellement à coeur ? Eux, à qui nous avons fait le choix de ne pas acheter de tablette, ni de téléphone, qui n'ont qu'une console familiale (temps réglementé) et qu'on protège au maximum des écrans, car ils auront bien le temps...

Il y a une dizaine de jours, j'ai donc dit "stop" à Instagram, source de frustrations et ne générant aucun plaisir, si ce n'est plein d'envies impossibles à combler, faute de temps, d'argent ou autre. J'ai supprimé l'application de mon téléphone. Je ne m'interdis pas d'aller y jeter un oeil si l'envie m'en prend plus tard, mais pour le moment, j'ai besoin de couper. 

Eh bien, instantanément, c'est fou comme le soir, ou le week-end, on fait plus de choses, quand on ne reprend pas le vieux réflexe du smartphone au bout des doigts...  Cette semaine, j'ai profité des dernières soirées de vacances scolaires pour faire des jeux de société avec mes enfants, leur apprendre à jouer à la belote, et finir mes en-cours tricot. Et chose incroyable, je n'ai pas rajouté 10 projets qui ne verront jamais le jour à ma liste d'envies déjà bien longue. Et en parallèle, je me suis dit que peut-être, je pourrais revenir à mon blog, y laisser une trace de mes maigres créations (Ravelry est très bien pour y archiver les projets tricots, mais en couture, il n'existe rien de ce genre, et c'est bien dommage). 

Je viens donc sonder aujourd'hui, afin de voir si certaines d'entre vous sont encore tentées pour venir lire mes quelques articles, échanger sur des patrons, ou encore se motiver à plusieurs sur des projets communs ? 

D'ici là, je vous souhaite à toutes une bonne rentrée, et plein de courage pour cette reprise !

Posté par ManueF à 20:22 - Commentaires [6]

09 mai 2017

Bello : le plus beau!

Tout a commencé en juillet dernier, lorsque nous sommes partis en vacances d'été en ... Normandie. Nous avons eu un temps maussade une bonne partie du séjour, à notre grand désespoir, MAIS, je pu faire une escale dans la belle boutique de laine Froufrou et Capucine... Et j'en suis repartie avec 3 beaux écheveaux de fil Badiane couleur "mon jeans préféré", sans idée précise en tête de ce que j'allais en faire.

Ce fut finalement Bello de Joji Locatelli qui allait retenir mon attention pour réaliser un beau pull en merino et soie. Un modèle assez simple mais avec une jolie torsade et un jeu de lignes en côtes pour éviter toute monotonie. J'ai démarré sur les chapeaux de roue, comme à chaque fois que je commence un tricot, puis, je l'ai abandonné quelques semaines, comme à chaque fois également, avant de le finir dans un dernier sursaut de courage. 

Je l'ai réalisé en taille M, comme celui de la créatrice. Il est près du corps, mais pas non plus extrêmement moulant, comme j'aime finalement. J'ai utilisé environ 2,5 écheveaux. La seule galère que j'ai rencontrée a été de vouloir bobiner mes écheveaux, ce qui a engagré des noeuds pas possibles à l'usage, je ne comprends pas pourquoi... donc le dernier a été peloté à la main, trop galère, ma mère ayant passé plus de 1h30 à défaire les noeuds de la première pelote(je menaçais de tout couper, j'ai une patience qui n'est pas sans limite) ! J'ai eu peur lors du lavage et du blocage, il me paraissait s'être énormément étiré, mais finalement il est revenu à sa taille initiale en séchant, ouf!

IMG_1857_2

 

IMG_1837_2

IMG_1856_2

IMG_1842

IMG_1840

 

IMG_1838_2

Me voilà avec plein de nouveaux projets en tête, j'en ai les doigts qui frétillent d'impatience !

Posté par ManueF à 07:30 - tricot pour grande - Commentaires [4]
Tags :

15 avril 2017

Garde-robe capsule #3 : la veste

Vous l'aurez remarqué, j'ai 15 jours de retard... Oui, mais aujourd'hui, je vous présente LE projet du siècle, celui qui me fait de l'oeil depuis la sortie du patron, j'ai nommé le Kelly Anorak. Aucune originalité finalement, puisqu'on le voit partout depuis quelques semaines, ce qui me donne la désagréable impression de moutonner, alors que je suis juste 10 fois plus lente que d'autres blogueuses... Pas d'importance, l'essentiel est que je suis ravie de ma réalisation, et que c'est une veste qui va me suivre de longues années, je l'A-DO-RE!

Tout a mal commencé. J'ai acheté un coupon de tissu kaki chez mon revendeur local. Une fois venu le moment de m'y mettre, prise d'un affreux doute car je le trouvais finalement trop épais, me voilà de retour à la case départ à rechercher un tissu pour ce Kelly, qui ne coute pas trop cher (on en reparlera mais ce projet coute quand même une blinde...). J'ai finalement jeté mon dévolu sur une gabardine à 5€ le mètre de chez Bennytex. J'ai acheté 3m, histoire d'avoir un peu de marge. J'opte alors pour une doublure en viscose écrue avec de jolis origamis pour aller avec. Mais l'effet de transparence lié à la couleur sombre de ma gabardine me fait abdiquer... Je recherche une nouvelle doublure, achetée localement pour économiser de nouveaux frais de port et éviter une nouvelle déception. De gros doutes à l'achat et finalement je ne regrette pas, j'adore cette couleur pêchue à l'intérieur!!

Evidemment, les déconvenues ne se sont pas arrêtées là!! J'avais acheté 2 lots de pressions 12mm argentées, des oeillets argentés... et une fermetures aux dents LAITON! La niaise quoi. Mon cher et tendre a eu comme mission d'enlever les pressions posées aux pochessans les abimer pour en poser de nouvelles, commandées chez Rascol, avec des oeillets assortis... Quand je dis que ce projet m'a couté une blinde, c'est peu dire! Avec tout ça j'ai commencé à coudre avec une pression et une angoisse d'enfer à chaque coup de pédale et de pince Prym, de peur de tout planter!! L'angoisse tout le long... 

Place au résultat dont je suis très fière (on a le droit parfois), car, comme disent mes enfants et mon mari "wouahou on dirait que tu l'as acheté"! Et ça, c'est ce que j'aime entendre! 

 

IMG_1735

Des poches à soufflets, des coutures rabattues, une coulisse, des pressions, des oeillets... plein de petits détails techniques plus ou moins difficiles. Je suis contente de m'en être bien tirée. Compte tenu de ma stature (1,70m si ça peut en aider certaines), j'ai descendu l'oeillet de quasiment 2cm. La longueur totale me convient, donc je n'ai touché à rien d'autre (de toute façon, vu que je n'ai pas fait de toile, heureusement que ça me plaît comme ça!)

IMG_1744

Une doublure qui claque! Une mélange coton / viscose très sympa, et pas désagréable à coudre. Merci les Tissus du Renard!

IMG_1736

L'intérieur, presque aussi joli que l'extérieur avec ce système astucieux de doublure non conventionnelle. Un biais dans le bas pour faire un joli revers, et dans le bas de la capuche (j'ai fait le choix de ne pas doubler ma capuche avec mon tissu plein de pep's, point trop n'en faut!)

IMG_1737bis

IMG_1780

IMG_1782

IMG_1791

IMG_1779

IMG_1788

Pour cet anorak, j'ai longuement hésité entre les tailles 6 et 8, j'ai finalement opté pour la taille 8 de peur d'être étriquée avec un pull dessous. Bon, là, aucun problème. La taille 6 aurait pu aller mais je pense que j'ai bien fait tout de même de prévoir de l'aisance, surtout que ce n'est pas le style de veste à porter juste sur un tee-shirt.

L'étape que j'ai finalement trouvé la plus difficile a été de réaliser les coutures rabattues dans la capuche. Avec l'arrondi, j'ai trouvé ça plutôt technique, et autant sur le reste du corps, elles sont droites donc c'est simple, autant là, j'ai usé du découd-vite!

Sur ce, mon petit atelier-couture est rangé, je suis en mode réflexion pour mon prochain projet. Il est fort probable (et même quasi certain) que je sois de nouveau en retard pour mon projet d'avril! Aucune importance, cette garde-robe capsule n'est pas là pour nous mettre la pression, mais plutôt pour se constituer une garde-robe qui nous convienne, pas vrai?

28 février 2017

Garde-robe capsule 2017 #2 : la robe!

Dernier jour du mois de février, il est temps de dévoiler la copie de ma garde-robe capsule! Cette fois-ci, place à la robe.

IMG_1608_2

Vous l'aurez reconnue, il s'agit de la robe Aldaia, de Pauline Alice, dans sa version cache-coeur, et jupe courte droite. Cette version ne pardonne rien, et évidemment, quand on planifie le shooting juste après déjeuner, c'est le top (hum). J'avais juste envie de supprimer toutes les photos réalisées par mon cher et tendre! (sur les photos, les manches sont retroussées au-dessus du coude, faute à la veste, mise et retirée à plusieurs reprises).

Coupée en 38, dans un coupon de jersey viscose de mon revendeur local (Tissus du Renard pour les voisines), elle taille impeccablement et n'a représenté aucune difficulté. Un projet rapide,  réalisé en une demi-journée, sans aucune retouche à effectuer. Le petit projet "repos", en somme, entre 2 autres un peu plus longuets et minutieux.

Cette robe me donne tout simplement envie d'en refaire plein d'autres, en essayant la tonne de variantes proposées par Pauline!

IMG_1604

IMG_1618

IMG_1619

IMG_1611_2

IMG_1622_2

Vous remarquerez que je ne respecte absolument pas la chronologie planifiée en décembre dernier. Je ne sais donc pas encore ce que je vous présenterai en mars prochain, j'attends l'alchimie parfaite "inspiration - coup de coeur - temps" ! 

 

07 février 2017

Expedition

Je vous présente aujourd'hui un pull terminé depuis de longues semaines, porté de nombreuses fois, et fortement apprécié durant la vague de froid que nous avos connue cet hiver. Je recherchais depuis un moment un modèle de pull avec de jolies torsades, pour utiliser un fil merino acheté en méga promo l'hiver précédent (Mérina de cheval blanc en soldes à 1€ la pelote! Je craignais une qualité moyenne et je suis très agréablement surprise de ce fil!) et j'ai jetté mon dévolu sur ce modèle d'Amy Miller, après avoir longuement hésite car le pull se tricote à plat, et une fois qu'on a goûté au "sans-coutures"... 

Le fait qu'il se tricote en grosses aiguilles (4,5!), est motivant car le pull monte très vite. Evidemment, j'ai réussi à mon tromper en le mesurant, j'ai dônc dû démonter tout le raglan dos et le refaire avec les bonnes dimensions... Mais un tricot sans une étape détricotage, ce n'est pas un vrai tricot, chez moi!!

IMG_1455_2

Mes seules modifications par rapport au modèle initial ont été de coudre totalement les côtés, sans laisser de fente en bas, et de finir l'encolure avec une borduure en i-cord plutôt qu'en côtes. 

IMG_1451

IMG_1454

IMG_1450

IMG_1457

A bientôt!

 

Posté par ManueF à 21:54 - tricot pour grande - Commentaires [5]

31 janvier 2017

Garde-robe capsule 2017 #1 : le pantalon

Comme promis, voici ma copie pour janvier : j'ai nommé le Ginger Jeans de Closet Case!

Après mon test du printemps dernier en taille haute dans un sergé rose, voici une nouvelle version, taille basse, jambes skinny. Jeans réalisé dans une couleur beaucoup plus conventionnelle, il ne manque que les rivets, je suis à l'écoute de conseils pour savoir où les acheter (j'avais commandé un kit pour poser les pressions avec marteau etc... pour une chemise, mais c'est une horreur ce truc, je n'arrive pas à poser des pressions propres sans bousiller le mécanisme, donc je n'ose imaginer sur de multiples épaisseurs de jeans avec des rivets!)

Comme la dernière fois, j'ai choisi la taille 6, j'ai fait des marges un peu plus étroites que préconisé aux cuisses et mollets mais sinon aucune modification. Ah si, j'ai fait un ajustement "fesses plates". La dernière fois, je déplorais que ça baille un peu sous les fesses, avec de l'excédent de tissu. Donc j'ai suivi les instructions de heather et "pincé" la fesse sur mon calque (au pif...). Ca ne semble pas trop mal tomber, mais j'ai quand même tendance à avoir des plis sur le haut des cuisses, je ne sais pas s'il y a quelque chose à y faire. Comme expliqué sur le livret, les plis, c'est "normal"...  Ceci étant, j'ai déjà eu l'occasion de le porter à plusieurs reprises, sur plusieurs journées, et il ne se détend pas (ouf!) donc nickel. Mon tissu vient de chez tissus.net. A la réception, je l'ai trouvé très fin et peu stretch malgré ses 4% d'élasticité indiqués, mais en fait il est plutôt bien pour un jeans. 

IMG_1539

IMG_1544

IMG_1554

IMG_1577

 

IMG_1576

IMG_1581

IMG_1572

IMG_1588

 

IMG_1552

IMG_1580

Sur mon prochain, je pense qu'il y aura peu de modifications à envisager. Cette fois-ci, j'ai entoilé la ceinture avec un thermocollant stretch, et c'est parfait. Il est très fin, pour ne pas faire effet cartonné, et permet à la ceinture de se tenir sur plusieurs jours. J'hésite juste sur la version à refaire... haute ou basse, mon coeur balance! 

Et vous, quelle version préférez-vous ?